lundi 23 février 2015

La Vie en Rose - partie 2/3

Ici commence la deuxième partie de mon compte rendu sur La Vie en Rose, l'événement 2015 de Street Fashion Europe qui s'est tenu à Paris, à l'Hôtel du Collectionneur.

Après les défilés une pause d'une heure permettait à chacun d'aller manger ou de vaquer à ses occupations. Comme j'avais oublié d'amener ma nourriture je suis juste restée sur place, et finalement nous avons passé cette heure à papoter et à aller se faire prendre en photo sur la scène par l'un des photographes officiels.

Complot de nonnes

La belle Anya
Nos sièges réservés pendant l'heure de coupure, nous avons cette fois pu profiter bien installées des événements de l'après midi, qui commençaient par un talk avec BABI de Triple Fortune au sujet de l'histoire du Kawaii.

Le sujet était assez prometteur et BABI a commencé par parler du succès de Sailor Moon, une des premières séries qui montrait une jeune fille ordinaire capable de se battre pour protéger ceux qu'elle aime. Elle a continué sur comment l'esthétique de ses personnages, cheveux colorés, grands yeux, et longues jambes ont inspiré les filles en quête de kawaii pour ensuite nous montrer des images des premières publications s'adressant aux jeunes filles à la fin du XIX siècle.


C'était assez intéressant d'apprendre que c'est le christianisme qui a apporté au Japon la notion de "jeune fille", et on a vu que bien avant Sailor Moon on montrait aux filles des personnages avec des grands yeux et des longs membres fins (mais sans cheveux blonds). 
BABI a ensuite parlé des inspirations occidentales dans l’esthétique kawaii, en prenant La Rose de Versailles comme exemple d'oeuvres qui ont repris des éléments historiques d'une culture européenne tout en les adaptant avec moult paillettes pour plaire au public japonais.
Et c'est là que le propos s'est dégradé.


J'ai été assez déçue de la fin de cette conférence qui expliquait qu'en gros les japonaises s'en foutent de la culture étrangère, tout ce qu'elles veulent c'est que ça soit joli. BABI expliquait ça de manière un peu plus modérée, en expliquant que l'auteur de La Rose de Versailles avait fait beaucoup de recherches sur l'histoire française pour offrir à son public quelque chose de, certes romancé, mais pas complètement détaché de la réalité historique, mais la traduction n'a pas du tout reflété ça, et la conclusion restait la même de toute façon: se public en a rien à cirer de la culture, il veut des paillettes. De la même façon les créatrices de Triple Fortune savent bien que les bonnets étaient à l'origine un chapeau pour se protéger du soleil mais là le seul but c'est d'être kawaii okay?
Pas étonnant quand on sait ça de voir Métamorphose nous pondre une collection inspirée des uniformes SS. 

Dans l'ensemble j'ai trouvé que ce talk n'a pas bien tenu ses promesses. Je m'attendais à quelque chose qui mettrait plus en valeur le kawaii comme moyen de montrer son individualité, puisqu'on était à un événement sur la street fashion, mais au final j'ai eu un constat assez triste sur la société japonaise. Ça avait pourtant si bien commencé. 
J'ai aussi trouvé que la traduction se faisait de plus en plus partielle au fur et à mesure que le talk avançait, je ne sais pas si c'est parce qu'il fallait finir vite pour suivre le planning et que la double traduction était trop chronophage ou parce que le traducteur ne connaissait pas assez bien le sujet. Cela dit, même si la traduction avait des défauts elle se plaçait quand même dans une bonne moyenne par rapport à ce que j'ai pu voir lors de conventions.



Après le talk et la  pause de 30 minutes pendant laquelle nous sommes allées explorer les magnifiques toilettes de l'hôtel ont commencé les deux derniers défilés, ceux de Triple Fortune et de Baby the Stars Shine Bright/Alice and the Pirates.
J'ai un peu plus de photos que pour les défilés du matin car j'étais beaucoup mieux placée!

Le public rassemblé pour les défilés

Triple Fortune (oh mon dieu, Clothilde avec une perruque lilas!)

La totalité des modèles Triple Fortune
 Autant les défilés du matin m'avaient enchantée autant ceux là m'ont laissée de marbre.
Je trouve les bonnets Triple Fortune très beaux mais je n'aime vraiment pas leur ligne de vêtements, tout est beaucoup trop chargé et j'en ai assez marre de cette tendance dans le lolita qui consiste à plaquer un imprimé énorme sur de la mousseline. Les bustiers ont une très jolie coupe mais tout est gâché par les jupes énormes aux prints trop flashy. J'ai eu l'impression de voir défiler dix fois le même ensemble.

Alice and the Pirates - Alice’s automaton clock Orchestra

Alice and the Pirates - L’ecrin de votre gauche

Baby x Disney Collaboration


Baby x Disney Collaboration

Baby the stars shine bright - Re・ci・pe for the endless dream

Baby the Stars Shine Bright - Thumbelina~Maia’s wonderful encounter story

Baby the Stars Shine Bright - je ne connais pas le nom de cette robe :(

Baby the stars shine Bright - Voyage dans le temps ~Under the sky of Belle Époque ~

Le défilé Alice and the Pirates/Baby m'a davantage plu bien qu'on soit loin de ce qui m'a fait rêver quand je suis arrivée dans le lolita en 2009. Le print cuisine me laisse perplexe, tout comme le monsterlace recouvert de rubans en vichy qui a fermé ce défilé.

L'événement s'est terminé avec la classique tombola. Comme à Enchanted il y avait énormément de lots mais le staff a géré assez bien la chose pour que ça ne dure pas des heures et pour nous épargner la lente agonie que nous avons vécu l'an dernier. Je crois même qu'ils ont réussi à la finir en avance.
Seule critique sur cette tombola, le fait que les organisateurs aient des billets me bloque toujours un peu.
edit du 24/02 : On me souffle que les membres du staff doivent également payer leur billet d'entrée pour l'événement, ce qui explique le fait qu'ils aient numéros de billets et donc des tickets de tombola. Etant habituée aux fonctionnement type "tu staffes et donc t'as pas besoin de billet" je n'avais pas vu ça sous cet angle. 

Je terminerai cette série de posts la prochaine fois avec mes impressions générales sur l'événement, quelques photos en vrac et un morceau plus nombriliste sur ma tenue et mes achats. See you! 

3 commentaires:

  1. Le fait que les japonaises ne cherchent plus que du "kawaii" ne me choque pas. Un mouvement finit toujours par perdre son esprit de départ et ne survit que par son enveloppe (je pense aux gyarus par exemple). Il faut une relève avec des membres forts pour lui redonner son essence.
    Sinon, je suis surprise d'apprendre que le christianisme a introduit la figure de la "jeune fille" au Japon. Merci d'instruire les absents ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus ça ne me choque pas, mais ce n'est pas le sujet que j'attendais de cette conférence :(

      Supprimer
    2. Oui, je te comprends. Parfois l'intitulé peut nous tromper sur le contenu, comme pour mes cours :P

      Supprimer